Près d’ 1 français sur 3 se verrait bien passer sa retraite à l’étranger !


Publié le 11 février 2015

Révélation de l’enquête OpinionWay, réalisée en exclusivité pour MYSILVERWAY auprès de 911 personnes, en janvier 2015 : il n’y a pas que les jeunes diplômés ou les très hauts revenus qui sont tentés par l’expatriation. Le phénomène touche un Français de plus de 50 ans sur trois ! 29 %(1 ) des seniors aimeraient passer leur retraite à l’étranger. Les moins de 30 ans ne sont pas les seuls à avoir des envies d’ailleurs. « Les « néo- aventuriers » sont aussi des seniors ! Même si, en l’espèce, leur aventure se veut plus sécurisée, plus contrôlée. » commente le sociologue Ronan Chastellier.

Quelles sont les raisons d’un départ ? 

Des résultats du sondage, émerge largement un tandem devenu indissociable : le coût de la vie moins élevé (54%) à égalité avec un climat propice (53%). La retraite doit donc conjuguer soleil et vie moins chère, véritables conditions du bien (mieux) vivre.

Les impôts arrivent ensuite avec 39% des suffrages. « L’expatriation fiscale n’étant plus du tout une problématique de grande fortune, mais bien un sujet commun de vie quotidienne qui concerne tout le monde » explique Ronan Chastellier.

De même « Fuir le pessimisme » apparaît comme un motif de départ pour 18% des seniors ! Chiffre multiplié par deux en ce qui concerne les candidats au départ.(2) « Fuir le pessimisme ambiant dans la mesure où celui-ci devient palpable, est un signe fort adressé par nos seniors à propos de l’ambiance en France. Ils seraient prêts à partir pour cette raison confusément psychologique, ayant besoin d’une certaine forme de régénération, d’oxygène extérieure.» Puis vient l’opportunité. Pour 11% des interrogés, c’est le bon moment pour réaliser ses rêves.

Notamment la première année de la retraite, encore appelée « l’année du Phénix », pour évoquer une renaissance du retraité, son envol. Tout ce qui était à l’état de projet, tour du monde, déménagement et surtout « vivre ailleurs », va prendre une tournure plus concrète.Pour Ronan Chastellier : « Il y a, au début de la retraite, un tonus existentiel qui se traduit par un besoin de réalisation personnelle. Après avoir repoussé et ajourné ses envies (compte tenu des contraintes professionnelles et fami- liales), la retraite devient le moment idéal pour penser à cette vie qu’on a trop longtemps laissé filer ».




( 1) Étude menée auprès de 911 personnes âgées de 50 à 70 ans, issues d’un échantillon représentatif de la population française.
(2) Sur les 29% qui souhaiteraient s’expatrier lors de la retraite, 36% évoquent, dans les raisons d’un départ, le pessimisme ambiant de la France.

Se connecter